Statue  -   André Kasper Info

 

Comme chaque mercredi, le sculpteur B., qu’on surnommait Bart, dînait non loin des quais de Seine en compagnie de ses trois meilleurs amis, son fondeur Bataillard, le négociant en vins Casuel et le peintre Buvard. Ils en étaient au dessert et riaient fort, incommodaient comme chaque mercredi les tables bourgeoises voisines. Ils arrosaient avec allégresse macédoine et café d’une âpre distillation que le patron tenait au frais pour eux seuls lorsque Bart proposa, fait exceptionnel, de les emmener dans son atelier, à quelques centaines de mètres, pour leur montrer les premières esquisses en terre d’une nouvelle commande.

Le quatuor salua l’assemblée des convives et sortit. L’air vif leur fit du bien. Au pied de l’immeuble, ils s’étonnèrent de leurs gestes gauches, quand leur esprit avait déjà recouvré ses facultés. La montée jusqu’à l’immense atelier sous les toîts de Bart fut difficile mais récompensée d’un verre de fine. Sur diverses sellettes des figures de femme drapées, dégrossies au couteau, avaient un bras levé par une béquille de bois. Ces ébauches paraîssaient éternelles, en regard des quatre énergumènes à l’habit et au cheveu défaits.
Casuel s’exclama, à dix centimètres du visage de l’une d’elles :

— Me regarde pas de cet oeil sévère, déesse, je ne suis qu’un être de chair et d’os...
— Et de pas mal de Pernand-Vergelesses, Pommard et Calvados...ajouta Buvard en pouffant avec les autres.

Bataillard qui, comme Bart, tenait mieux l’alcool, se tourna vers lui :
— Alors, raconte, cette nouvelle commande...
Le quatuor se resserra en silence.
— Vous allez rire, prévint Bart, mais vous ne devinerez jamais. Cette commande ne me vient pas d’Europe.
— Euh, risqua Buvard, la Russie, c’est aussi l’Europe ?
— C’est pas la Russie.
Casuel redressa le torse et décida solennel :
— Cela ne peut pas être un pays musulman...
— C’est pas un pays musulman, confirma Bart.
— Bref, ils veulent quoi, au juste, tes mystérieux commanditaires ? sourit Bataillard.

Previous Page Next Page
 

Comme chaque mercredi, le sculpteur B., qu’on surnommait Bart, dînait non loin des quais de Seine en compagnie de ses trois meilleurs amis, son fondeur Bataillard, le négociant en vins Casuel et le peintre Buvard. Ils en étaient au dessert et riaient fort, incommodaient comme chaque mercredi les tables bourgeoises voisines. Ils arrosaient avec allégresse macédoine et café d’une âpre distillation que le patron tenait au frais pour eux seuls lorsque Bart proposa, fait exceptionnel, de les emmener dans son atelier, à quelques centaines de mètres, pour leur montrer les premières esquisses en terre d’une nouvelle commande.

Le quatuor salua l’assemblée des convives et sortit. L’air vif leur fit du bien. Au pied de l’immeuble, ils s’étonnèrent de leurs gestes gauches, quand leur esprit avait déjà recouvré ses facultés. La montée jusqu’à l’immense atelier sous les toîts de Bart fut difficile mais récompensée d’un verre de fine. Sur diverses sellettes des figures de femme drapées, dégrossies au couteau, avaient un bras levé par une béquille de bois. Ces ébauches paraîssaient éternelles, en regard des quatre énergumènes à l’habit et au cheveu défaits.
Casuel s’exclama, à dix centimètres du visage de l’une d’elles :

— Me regarde pas de cet oeil sévère, déesse, je ne suis qu’un être de chair et d’os...
— Et de pas mal de Pernand-Vergelesses, Pommard et Calvados...ajouta Buvard en pouffant avec les autres.

Bataillard qui, comme Bart, tenait mieux l’alcool, se tourna vers lui :
— Alors, raconte, cette nouvelle commande...
Le quatuor se resserra en silence.
— Vous allez rire, prévint Bart, mais vous ne devinerez jamais. Cette commande ne me vient pas d’Europe.
— Euh, risqua Buvard, la Russie, c’est aussi l’Europe ?
— C’est pas la Russie.
Casuel redressa le torse et décida solennel :
— Cela ne peut pas être un pays musulman...
— C’est pas un pays musulman, confirma Bart.
— Bref, ils veulent quoi, au juste, tes mystérieux commanditaires ? sourit Bataillard.

page précédente
sur 5
Page suivante
Next
Next